Rencontre avec Guillaume La Barbera

Rencontre avec Guillaume La Barbera

Guillaume La Barbera, graphiste et cofondateur de World of Pop répond aujourd’hui aux questions du W.O.P mag.

W.O.P Mag : Guillaume, à ton tour de nous présenter ton parcours. Aujourd’hui nous aimerions en savoir davantage sur ton expérience et les raisons qui t’ont poussées à créer World of Pop.

W.M : Tout d’abord, comment est née ta passion pour le dessin, la mode ?

GB : Pour moi ça a d’abord été le dessin. Je dessinais beaucoup quand j’étais petit, plus que la moyenne, je pense. Mes parents m’ont encouragé dans cette voie et j'ai pris des cours de dessin pendant cinq ans. Ensuite, le dessin ne m’a plus quitté.

En ce qui concerne la mode, c'est venu plus tard. Après mon Bac, par le biais de rencontres que j'ai pu faire, des gens qui étaient dans ce milieu. C’est à partir de là que j’ai vu naître en moi, un intérêt grandissant pour la mode... Peut être parce que j’avais une sensibilité, une base, qui a fait que c’est venu très vite.

 

W.M : D'accord. Est-ce que tu peux nous parler de ton parcours ?

GB : Le fil rouge de mon parcours a été le dessin. Dès le lycée j’ai été en arts appliqués, une section spécialisée qui permet de toucher à tout, de découvrir toutes les formes d’art. Pendant mes études supérieures, j’ai commencé par étudier la communication visuelle. Je travaillais le graphisme, l'édition et la publicité. Mais ce que j'aimais vraiment faire, c’était dessiner. Je me suis donc spécialisé dans l’illustration à l’école Émile Cohl à Lyon où j'ai obtenu un master de dessinateur concepteur.

 

WM : Ok parce que finalement, quand on est graphiste, on n'est pas forcément dessinateur ? C’est ça ?

GB : Il faut avoir quand même une maîtrise du dessin. Mais c'est vrai qu’il y a des graphistes qui vont plutôt se spécialiser dans la photo, la typo. Il y a plusieurs façons de faire du graphisme. En ce qui me concerne, je suis plus illustrateur que graphiste.

 

WM : Et donc, après ces études, quelle a été la suite ? Qu'est-ce qui t’a amené à travailler dans la mode ?

GB : J’ai fait mes premiers pas dans la mode, lors de mon premier stage dans une maison parisienne, « Monsieur Jean-Yves », qui fabriquait des nœuds papillons. J’ai ensuite fait un second stage au sein du groupe Zannier pour travailler sur les marques Jean-Paul Gaultier Junior et Paul Smith Junior. Au début, je travaillais sur les dossiers techniques puis on m’a laissé faire un peu de créa sur Jean-Paul Gaultier. J’ai ensuite été embauché en tant que graphiste sur Kenzo Kids, marque pour laquelle j’ai travaillé pendant 6 ans, jusqu'à devenir responsable graphiste en 2019.

 

WM : Qu'est ce qui te plaît le plus dans ton métier ?

GB : Je crois que tu l’as compris, j'aime bien dessiner, et à travers cela raconter des histoires. Ce qui me plaît dans la mode c’est qu’on peut travailler la collection sous une ou plusieurs thématiques. Le moment que je préfère, c’est quand je cherche des inspirations pour construire la thématique et que je commence à travailler les visuels qui vont venir traduire la marque, et enrichir l’histoire que je veux raconter.

Ce qui m’apporte aussi beaucoup de satisfaction, c’est quand j’arrive à faire un visuel convaincant et bien sûr, quand les vêtements sont enfin fabriqués puis portés.

 

WM : Pourquoi avoir décidé de créer ta propre marque ?

GB : Ce qui m’a plu au départ c’est l'aventure humaine. Pendant 7 ans, j’ai travaillé avec Anne, Laetitia et Éloïse (cofondatrices de World of Pop) ce sont des rencontres professionnelles très fortes. On ne voulait pas que ça s’arrête là.

Avec les années, je me suis senti aussi plus mûr, plus prêt pour me lancer dans un projet entrepreneurial. Sans compter que mes valeurs ont évolué... Je voulais, comme le reste de l’équipe, travailler sur un projet plus « propre », plus responsable, plus humain.

 

WM : Quelles sont tes sources d’inspiration ?

GB : Je ne suis pas forcément inspiré par d’autres créateurs de mode ou peut être au niveau des associations de couleurs. Mais j’aime beaucoup en revanche m’inspirer des imageries vintage. J’aime bien ajuster, remettre au goût du jour. J’aime aussi la pop culture, que je trouve tellement riche visuellement. Des magazines, des pochettes d’album, des clips... Beaucoup de chanteurs travaillent avec des artistes, des grands photographes : ça amène une imagerie particulière avec des couleurs, des compositions, des petits éléments que je vais avoir envie de reprendre. Par exemple, le travail de David Lachapelle, qui a beaucoup travaillé dans ce monde là, m’inspire beaucoup. J’aime aussi l’univers de Katie Perry d’il y a quelques années : son monde était à la fois pop, presque enfantin mais aussi très urbain.

 

WM : Et pour W.O.P d’où t’es venue l’inspiration ?

GB : En fait, on a fait pour W.O.P des choses qu’on aime. Un mélange de style urbain, d’imprimés dessinés, de pop. Tout ça, ça devient quelque chose de très coloré, de très festif. On a aussi eu envie d’avoir un langage universel, d’être inclusif, on a donc utilisé des codes qui parlent à tout le monde.

 

WM : Est ce qu'il y a quelque chose qui t’as particulièrement inspiré pour faire la planète W.O.P ?

Au début, j’ai recherché pleins d’images, pour voir comment la planète était dessinée, exploitée par d’autres marques, d’autres univers. Je voulais quelque chose de différent de ce que font les autres marques, et de ce que je fais d’habitude et puis, je suis finalement revenu à mon style, à ce que je sais faire. Je voulais pouvoir dessiner cette planète très naturellement, car le symbole de notre marque devait pour moi, être facile à faire. Elle devait aussi être reconnaissable et parler aux enfants comme aux adultes.

 

WM : Quelle est ta marque de fabrique en tant que dessinateur ?

GB : C’est très difficile à traduire avec des mots. J’ai, je pense, une façon particulière de dessiner dans le tracé. Certaines marques ont un style plus romantique, mon style à moi, est plus graphique. J’ai aussi un penchant pour les imprimés très colorés, et j’adore ajouter à mes visuels des éléments très narratifs, qui racontent l’histoire de manière explicite.

 

WM : Brièvement, est-ce que tu peux nous dire en quoi consiste ton travail ?GB : Je travaille au début, en collaboration avec Anne (styliste et cofondatrice de W.O.P). On va chercher ensemble les tendances mode pour vraiment inscrire notre collection dans le présent. Mais on va également chercher à faire ce qui nous plaît, ce qui nous semble juste, c’est la liberté que nous avons acquise en lançant notre propre marque.

Chaque saison, on va essayer de se renouveler, de chercher de nouvelles inspirations, que ce soit dans la mode ou dans des choses plus personnelles. À partir de là, on va se raconter des histoires, on va essayer d'organiser nos idées. Chez W.O.P par exemple, on raconte plusieurs histoires que l’on regroupe par thématiques.

Ensuite, je vais commencer à travailler en créant le premier imprimé, qui est le visuel le plus fort et donne vraiment l’ADN de la thématique. Je vais ensuite décliner tous mes visuels et puis travailler l'aspect plus technique : mettre en forme, mettre au propre, déterminer sur quel vêtement tel visuel va se poser. 

Mais chez W.O.P, je ne fais pas que ça, je travaille aussi sur de la retouche photo (après les shootings), sur l’identité visuelle également, par exemple sur une vignette de marque, une vignette de composition, nos cartes de visite etc...

 

WM : Quels conseils tu pourrais donner aux gens qui vont te lire pour bien adopter le style W.O.P ?

GB : Ce qui est primordial pour nous, c’est le fait de se sentir à l'aise dans le vêtement. Il faut que les gens qui achètent les vêtements les portent comme ils l'entendent, pour se sentir bien. Chez W.O.P, on prône une forme de liberté, et dans cette liberté, il y a la possibilité de porter le vêtement comme on le souhaite.

Back to blog